Nos dernières actualités

L’école à la maison séduit toujours plus de Vaudois

Publié le 31 janvier 2022

Certains parents se sont rendu compte qu'avec une pédagogie plus adaptée, qui tient compte du bien-être de l'enfant et de son rythme, il apprend mieux. … Lire la suite

Assemblée générale IEL-VD, le 29 janvier 2022

Publié le 29 janvier 2022

Assemblée générale IEL-VD Lire la suite

Nouvelles familles IEF

Publié le 10 janvier 2022

Pas facile de s'organiser quand on démarre. Voici un coup de pouce. Lire la suite

Aménagement ou exemption des ECR - délai fixé au 18 décembre 2021

Publié le 15 novembre 2021

Aménagements ou exemptions des ECR : dernier délais d'envoi au 18 décembre 2021. Lire la suite

Révision de la LEPr : position officielle d'IEL-VD

Publié le 06 septembre 2021

IEL-VD se positionne contre le régime d'autorisation proposé dans l'avant-projet de révision de la LEPr. Lire la suite

L’école à la maison au Québec

En bref

Plutôt que de considérer le mouvement de l'apprentissage en famille comme un problème, le Pr. Christine Brabant sollicite les parents-éducateurs et les mandataires du système scolaire à participer ensemble à l'élaboration de solutions nouvelles en éducation.

Description

Adoptant une perspective pragmatique sur ce sujet controversé qu’est l’école à la maison, Christine Brabant traite des dimensions familiale, sociale et démocratique du mouvement.

L’école à la maison est en effet un sujet controversé en raison de l’amalgame de questions pédagogiques et sociales non résolues – et souvent insolubles – qu’il soulève. Dans ce livre, Christine Brabant décrit ce mouvement éducatif, offre un panorama des motivations des parents et des points de vue critiques, puis adopte une perspective pragmatique sur le sujet.

Elle présente d’abord ce choix éducatif comme un projet certes pédagogique, mais surtout familial, comme en témoignent la vision éducative et les motivations exprimées par les parents. Elle l’envisage également comme un projet social, au vu de l’organisation élaborée de ce mouvement et des enjeux sociaux qui l’animent. Elle l’appréhende enfin comme un projet démocratique, en considérant l’engagement des parents et celui des intervenants scolaires qui interagissent avec eux comme une participation légitime à la gouvernance de l’éducation, par leur contribution à la réflexivité institutionnelle, à la créativité sociale et à la recherche de nouvelles solutions aux défis de l’éducation.

Ainsi, l’auteure invite les parents et les mandataires du système scolaire à élaborer ensemble des propositions pour la régulation de cette pratique, puisque, d’une façon ou d’une autre, il est toujours souhaitable de rassembler un « village éducatif » autour de chaque enfant. Car il faut plus qu’une école et plus qu’une famille pour élever un enfant… il faut un village.

Editeur
Presses de l'université du Québec